Le vendredi 11 Mai dernier, nous avons eu le plaisir de nous joindre à la communauté MakeSense à la Maison des Cultures Urbaines (MCU) de Dakar pour son grand événement annuel : le SenseCamp.

Avant de revenir sur nos impressions lors du SenseCamp, nous tenions à vous faire découvrir (ou vous rappeler) l’esprit et les valeurs de la communauté MakeSense.

En 2010, un groupe de jeunes décide de mettre leurs compétences au service des entrepreneurs sociaux du monde entier pour leur permettre de changer les choses. Ces citoyens se connectent très rapidement avec d’autres citoyens du reste du monde, tous animés de la même envie d’aider les entrepreneurs innovants à relever des défis sociétaux et environnementaux. Ainsi, est née l’association MakeSense une communauté active de volontaires et d’entrepreneurs sociaux engagés, qui développent des solutions nouvelles et à fort impact, aux enjeux qui les touchent (tels que l’accès à l’éducation, l’économie circulaire, l’intégration des personnes réfugiées, l’agriculture durable…). Elle permet à tous les citoyens d’agir pour construire collectivement des solutions durables aux défis de notre société.

MakeSense est un écosystème horizontal dynamique et en expansion, qui fédère des citoyens, des entrepreneurs et des organisations à la fois du secteur public et privé. La collaboration avec les gouvernements, organisations et entreprises locales a permis à l’association d’accroître son impact et la diffusion des solutions entrepreneurs.

L’association compte une équipe de 70 personnes réparties dans 8 bureaux dans le monde : Mexico, Paris, Dakar, Abidjan, Manille, Lima, Delhi, Beyrouth.

« Avec MakeSense, transformer positivement sa société devient l’affaire de tous et à la portée de chacun » telle est la mission de l’association.

A noter qu’une plateforme d’accélération de projets et start-ups est née au sein de MakeSense. En effet, elle accompagne les porteurs d’idées dans leurs premiers pas, entrepreneurs et intrapreneurs de leurs débuts à leurs succès pour leur permettre de résoudre durablement les enjeux qu’ils ciblent.

Et le SenseCamp dans tout ça ? Afin de promouvoir les impacts de l’entrepreneuriat social, MakeSense inspire le grand public à travers l’organisation d’événements et la publication de portraits d’entrepreneurs qui changent le monde. Ces concerts-débat sont une opportunité pour les entrepreneurs de présenter leurs projets, l’occasion d’assister à la prestation d’un artiste qui chante en live et pour l’ensemble des participants l’occasion de participer à un débat engagé et ouvert à tous. En effet, un panel d’acteurs est mobilisé et intervient pour expliquer, inspirer, débattre sur des thématiques précises.

Revenons-en au SenseCamp Dakar, une journée pleine d’inspiration et d’apprentissage, et riche en rencontres, qui s’est tenue le 11 Mai dernier à la Maison des Cultures Urbaines.

L’événement a permis de mobiliser au cours d’une journée près de 150 participants, 15 intervenants, 5 artistes, autour de 4 thématiques et de 8 ateliers.

En particulier, nous avons reçu par une bonne dose d’inspiration aux côtés d’invités comme Binta Khouma (ASHOKA), Mamadou Drame (Education Technologie Catalyst, actuellement Manager & Lead EdTech Solutions at DigitalSchool Technologies) et Mohamed Toure (ENACTUS), qui nous ont parlé d’entrepreneuriat social, d’éducation et d’environnement.

Par ailleurs, les idées ont fusé lors des 4 ateliers collaboratifs animés des intervenants issus des structures suivantes: UNESCONASA Space Apps Challenge (SpaceApps est un programme d’innovation de l’incubateur de la NASA), CoLab ainsi que YUX Dakar.

dakar-yuxEn particulier, nous avons été particulièrement marqué par l’atelier animé par YUX Dakar, que nous avons trouvé très enrichissant. L’atelier, portant sur le Design Thinking, et en particulier, sur le thème était l’immigration, était animé autour de groupes de 5, avec pour but de trouver des solutions concrètes aux problématiques liées à l’immigration.

L’expérience utilisateur (User Experience / UX en anglais) se réfère à l’expérience totale d’une personne ou communauté utilisant un produit, un système ou un service particulier. Il s’agit d’un ensemble de méthodologies concrètes qui vise à rendre un système facile d’utilisation, intuitif, ergonomique et logique. Issue de l’ergonomie et des sciences humaines, l’expérience utilisateur a pour objectif d’accroître la satisfaction liée à l’usage de fonctions en en améliorant, de manière continue, la forme, le fond et l’accessibilité.

Définition donnée par Yann Le Beux,  fondateur de YUXDakar, dans un interview accordé à Samir Abdelkrim en janvier 2017.

Enfin, la journée s’est poursuivie par un après-midi, en musique, ayant permis notamment l’éclosion d’idées nouvelles autour des thèmes de société suivant :

  • Le changement climatique avec : Myriam MAXO, Pape Ousmane DIOP (Pod’Art), Djiby NIANG (JVE) et les artistes LeDuo ;
  • La migration clandestine avec : Joséphine KANE (ADEPME) et  Cheikh Tidiane DIEYE (ENDA CACID), Babacar Ba (MPAYOK) et l’artiste F. Manel ;
  • La sécurité alimentaire avec :  Simon Dioh (Elephant Vert), Gilles Lafon (Auchan) et l’artiste Rhapsod ;
  • Le numérique pour tous avec : Adrien Schwarz (Gérant du pôle numérique de l’Ambassade de France), Modou Fall (Dalberg Advisors), Abdou Khadre Diallo (Volkeno) et l’artiste. 

Oumy F. DIOP, Consultante